La Compagnie KKSTROF est une troupe de théâtre, en langue française, implantée à Eglingen dans le Sundgau (sud de l’Alsace). Elle a vu le jour sous l’impulsion de son metteur en scène, Luc Gradoz, en 2011.

Alors Luc, d’où as-tu eu cette idée – un peu folle – d’inventer … cette Compagnie ?

Luc, conteur et metteur en scène de la Compagnie KKSTROF

Luc Gradoz, metteur en scène

Sundgauvien d’adoption depuis une quinzaine d’année, moment ou je m’y suis installé avec ma petite famille, je rêvais d’y monter une troupe dans mon village : Eglingen.

Je suis comédien depuis de nombreuses années et je me suis mis à la mise en scène sur des spectacles ponctuels dans un village à coté. C’est en assistant aux fêtes au Tannenwald à l’extérieur du village que j’ai rêvé d’y monter des spectacles. Cet endroit est très joli, surtout la nuit.

J’ai, donc, demandé à quelques copines et copains s’ils voulaient se joindre à moi. C’est ainsi que l’aventure  Kkstrof a commencé avec un peu moins de 10 personnes fin 2010.

Comme j’avais commencé l’écriture sur les spectacles précédents, comme ma culture théâtrale est très faible et que j’aime les pièces légères, je me suis remis à la prose. Les copains me prêtant main forte, j’ai écrit « Les dessous de ma tente » Nous avons joué ce vaudeville d’extérieur en mai 2011 au Tannenwald. Malgré un temps incertain la pièce a bien marché. Ce qui nous a donné l’envie de continuer l’aventure deux ans plus tard avec « L’amour : service après-vente » un petit mélange de pièces courtes. Deux pièces de Tchekhov, une de Laurie Willy et une de moi – je n’ai pas pu m’empêcher d’écrire.  Nous avons, cette fois-ci, décidé de jouer 7 fois au Tannenwald. La météo a été pire : pluie, vent, froid, il ne nous a manqué que la neige ! Mais, pour nous réconforter, le public nous a suivi et est venu courageusement nous soutenir. A tel point qu’on nous a demandé de jouer la pièce en salle : A Masevaux, à Dannemarie, à Spechbach-le-bas puis, pour finir en beauté, au lycée d’Altkirch pour quatre représentations. Inutile de vous dire que le succès a été au rendez-vous, chaque fois pour notre plus grand plaisir. Donc, le bilan a été quatorze représentations sur sept de prévues au départ.

Cette année, on repart sur l’écriture. Au départ, je comptais écrire toutes les pièces et comme c’est un gros boulot, nous avions décidé de ne jouer que tous les deux ans. Mais avec une année de repos sur deux, on se démobilise! Nous avons décidé de jouer tous les ans, mais en alternant l’écriture une année sur deux. Donc, pour 2014, je me suis remis à l’écriture avec une pièce très décalée sur les contes.

L’aventure continue …

Au Tannewald, en 2013

Au Tannenwald, en 2013